Heung-min Son, joyau de Tottenham

Grand artisan de la qualification des Spurs pour les demi-finales de la Ligue des champions, Heung-min Son réalise une saison remarquable avec Tottenham. Talent discret et travailleur, le joueur de vingt-six ans pourrait bien offrir une fin de saison historique aux supporters londoniens. Retour sur le parcours d’un joueur qui fait la fierté de son pays.

Ses débuts professionnels

Né le 8 juillet 1992 à Chuncheon (Corée du Sud), Heung-min Son est formé dans son club de cœur à Séoul, le Sporting Séoul Dundee Club. Dès l’âge de 16 ans, Son quitte la Corée du Sud et rejoint l’Allemagne et le centre de formation du Hambourg SV. Après avoir joué 6 matches avec l’équipe B, il fait ses débuts avec l’équipe professionnelle en juillet 2010 et signe un contrat de deux ans lors de son 18e anniversaire. Grâce à ses bonnes performances durant la pré-saison, il est surnommé « Le Müller coréen » recevant même les éloges de Franz Beckenbauer : « Son avait ce qu’il fallait pour devenir le prochain Cha Bum-geun (considéré comme le plus grand footballeur d’Asie du XXe siècle) ». Son entraîneur Armin Veh le désigne comme un « joyau ». Le 30 octobre 2010, il joue son premier match de Bundesliga sur la pelouse du FC Cologne où il marque également son premier but (3-2).

Passé 3 ans à Hambourg, il quitte le club pour rejoindre le Bayer Leverkusen lors de la saison 2013-2014. Dès la première journée de championnat de Bundesliga, il inscrit son premier but. Le 27 août 2014, Son marque dès les premières secondes un but contre le FC Copenhague en barrage retour de la Ligue des Champions (le Bayer Leverkusen l’emporte 4-0 et se qualifie pour les phases de poules). Au total, il aura inscrit 26 buts en 81 matches, toutes compétitions confondues avec le club allemand.

Heung Min Son en action avec le maillot de Bayern Leverkusen. Dernier club allemand où il jouera avant de s’envoler en Angleterre.

Une enfance difficile

Si la route de Son paraît aujourd’hui évidente et toute tracée, le natif de Chuncheon a eu une enfance compliquée. Entre l’intégration, la barrière de la langue, et cette responsabilité bien trop jeune. Son est aussi le fils d’un père intransigeant et aux punitions brutales, il s’est forgé au côté de son frère : « Il nous imposait (son père) quatre heures de jonglage, expliquait-il au Guardian, en mars dernier. Après trois heures, je voyais trois ballons et le sol était rouge (à cause de ses yeux injectés de sang,). Quatre heures à garder la balle sans qu’elle touche le sol. C’est dur, hein ? Elle ne touchait pas le sol une seule fois. J’étais tellement fatigué. Il était tellement en colère. C’était un coach strict, effrayant aussi.

Son transfert à Tottenham

En août 2015, Son s’engage pour 4 ans avec Tottenham en échange de 30 millions d’euros. Il devient à l’occasion l’un des joueurs asiatiques les plus chers de l’histoire du football. Il marque son premier but et doublé avec le club lors d’un match d’Europa League, face à Qarabag.

Le 14 octobre 2016, le joueur de Tottenham reçoit le titre de joueur du mois de septembre de Premier League. Il devient le premier joueur asiatique à recevoir cette récompense. Le 12 mars 2017, Son réalise son premier triplé avec Tottenham durant le quart de finale de FA Cup remporté 6-0 contre Millwall, pensionnaire de troisième division. Il reçoit à nouveau le trophée du joueur du mois en avril 2017. Le 20 juillet 2018, il prolonge son contrat de 3 ans qui le liait avec Tottenham jusqu’en 2020.

Le 1er mars 2019, il est récompensé aux London Football Awards, qui célèbrent le meilleur du football londonien pour le titre de meilleur joueur. L’ailier sud-coréen de Tottenham, s’est imposé devant son coéquipier Harry Kane, Pierre-Emerick Aubameyang et Eden Hazard.

Le 3 avril 2019, il devient le tout premier buteur officiel de l’histoire du Tottenham Hotspur Stadium, le nouveau stade de Tottenham, en marquant lors du match inaugural face à Crystal Palace (2-0). Ce n’est certainement pas anodin, puisque c’est de nouveau lui qui marque le premier but de Tottenham dans son nouveau stade en Ligue des Champions (face à Manchester City). Au retour, le Coréen inscrit deux buts qui lui permettent d’entrer dans l’histoire puisqu’il devient tout simplement le meilleur buteur asiatique de la Ligue des champions, avec 12 buts. Il devance l’Ouzbek Maxim Shatskikh, buteur du Dynamo Kiev de 1999 à 2009, avec 11 buts.

Heung Min Son marque l’histoire en inscrivant le premier but dans le nouveau stade des spurs. / Chaîne Youtube des Spurs.

La relève des Spurs

Avec 20 buts et 10 passes décisives en 44 apparitions toutes compétitions confondues, Son s’étend comme le joueur des Spurs le plus prolifique derrière Harry Kane (24).  En l’absence de l’attaquant anglais, touché aux ligaments de la cheville le 9 avril dernier et dont la saison est terminée, son rôle a depuis pris encore plus d’épaisseur. Si ailier gauche reste son poste de prédilection, le Sud-Coréen a également montré qu’il avait toutes les qualités pour évoluer sur le front de l’attaque. Intenable, vif et adroit, ce dernier fait désormais le bonheur de son entraîneur, Mauricio Pochettino. « Il travaille dur, il persiste toujours, n’abandonne jamais. Il essaie encore et encore. Il est toujours comme ça dans ses efforts, avec et sans ballon. Il est très régulier et constant, c’est ce qui est le plus important » déclarait le manager argentin en février dernier, après une victoire contre Newcastle (1-0) en Premier League.

L’idole de tout un pays

L’ascension fulgurante de Son a forcément eu une ampleur majeure en Corée du Sud, qui attendait une relève digne de ce nom depuis la retraite de Park Ji-sung. Élevé au rang d’idole dans son pays où son visage est diffusé dans de nombreuses publicités, l’attaquant de Tottenham a déjà inscrit son nom au panthéon du football coréen en remportant les Jeux Asiatiques en 2018 avec les U23. Un titre qui lui permet au passage d’être exempté du service militaire de deux années, obligatoire avant vingt-huit ans. « C’était un tournoi énorme, confiait-il encore au Guardian. Je suis si fier d’avoir gagné pour mon pays. Mon objectif n’était pas d’éviter le service militaire, simplement de devenir un grand footballeur. »

Conscient de son statut, Son assume avec simplicité et fierté la responsabilité d’être le porte-drapeau d’un pays où le respect et les principes guident les conduites. « Est-ce que je me sens comme un ambassadeur pour mon pays ? Bien sûr, je dois en être un, avançait-il récemment dans la presse anglaise. Par exemple, quand on joue à 15 heures, il est minuit en Corée. Quand on joue en Ligue des champions à 20 heures, il est 5 heures du matin là-bas et ils regardent la télévision. Je dois donc leur rendre la pareille. J’ai donc beaucoup de responsabilités. »

Avec la fin de saison haletante qui attend Tottenham, la course au podium en championnat et les demi-finales de Ligue des champions face à l’Ajax (dont il sera malheureusement absent au match aller, sanctionné pour une charge sur Kevin De Bruyne au match retour face à Manchester City), le Sud-Coréen se doit d’être au rendez-vous, pour entrer un peu plus dans l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *